24/11/2007

BONNE NOUVELLE...Alerte AMBER

BONNE NOUVELLE....

ALERTE  AMBER....

LE JOURNAL DE MONTRÉAL

VENDREDI 2  NOVEMBRE 2007

LE   BÉBÉ  RETROUVÉ....

UNE SUSPECTE EST ARRÊTÉ APRÈS AVOIR SEMÉ L ÉMOI...

SUDBURY ...ONTARIO....CANADA

UN POUPON ENLEVÉ 

DANS UN HOPITAL DE SUDBURY A  ÉTÉ RETOURNÉ

A  SA MÈRE EN SOIRÉE,

METTANT FIN À UNE ALERTE AMBER

QUI A MOBILISÉ LES FORCES POLICIÈRES À TRAVERS

LA  PROVINCE DE  L ONTARIO ...

LE BÉBÉ ÉTAIT EN SANTÉ

ET LA FEMME ACCUSÉE D AVOIR KIDNAPPÉ

LE NOUVEAU-NÉE  D UN  JOUR A  ÉTÉ ARRÊTÉE

PRES DE  KIRLAND LAKE....

LA POLICE DE SUDBURY AVAIT ÉMIS UNE ALERTE AMBER

POUR LE NOUVEAU-NÉE APRÈS

QU'ON EUT RAPPORTÉ SA DISPARITION DE  L HOPITAL ST.JOSEPH ............................................

18:11 Écrit par COEURDENFANT-RECHERCHE dans Actualité | Lien permanent | Tags : bonne nouvelles alerte amber | Commentaires (0) |  Facebook |

Alerte AMBER

Alerte AMBER

Qu'est-ce que le programme d'alerte AMBER?

Chaque province du Canada a un programme d'alerte AMBER.

Dans votre province, le programme d'alerte AMBER est un programme innovateur mis en place dans toute la province en partenariat avec les services de police, les télédiffuseurs, les stations de radio et le grand public visant à retrouver des enfants victimes d'enlèvement.

Le programme donne de l'information immédiate et à jour sur un enlèvement par le truchement des médias à grande diffusion et demande l'aide du public afin de retrouver l'enfant rapidement et en toute sécurité.

Le programme d'alerte AMBER est un plan complet qui répond rapidement et de façon coordonnée aux enlèvements d'enfants dans votre province.

Il s'agit d'un progarmme volontaire et concerté entre les services de police et les societé de diffusion locales visant à envoyer une alerte d'urgence au public lorsqu'un enfant a été enlevé et que l'on croit que sa vie est en danger.

L'alerte AMBER ne peut être activée que par un membre désigné d'un service policier ayant reçu l'autorisation de le faire et elle ne doit servir que dans les cas très graves d'enlèvement d'enfants.

Lignes directrices sur le programme d'alerte AMBER:

  • Seule la police peut activer l'alerte AMBER.

  • L'alerte AMBER ne doit être utilisée que dans les cas les plus graves et les plus urgents.

Critères pour l'activation de l'alerte AMBER

  1. La police doit avoir confirmé qu'un enlèvement a eu lieu.

  2. La victime est un enfant ou une personne de moins de 18 ans(l'âge peut varier selon la loi de la province concernée). Quelques juridictions incluent les adultes ayant une déficience mentale ou physique prouvée.

  3. Il y a une raison de croire que la victime est en danger de se voir infliger des blessures graves.

  4. Des renseignements se rapportant à l'enlèvement existent et ces renseignements pourraient aider à retrouver la victime s'ils étaient diffusés. (Exemple: description du véhicle du suspect, numéro de plaque d'immatriculation, le suspect est connu).

Si la situation ne répond pas à ces critères, il ne faut PAS activer l'alerte AMBER.

source...

http://www.ourmissingchildren.gc.ca/omc/news/amber_f.htm

http://www.ourmissingchildren.gc.ca/omc/news/amber_f.htm

17:27 Écrit par COEURDENFANT-RECHERCHE dans Actualité | Lien permanent | Tags : alerte amber | Commentaires (0) |  Facebook |

11/11/2007

20 000 parents font ficher leurs enfants

CARNET D IDENTIFICATION D ENFANT

DANS  LE POST  SUIVANT....

A  FAIRE IMPRIMER....

20 000 parents font ficher leurs enfants

 

Le lundi 15 octobre 2007

 

 

 

20 000 parents font ficher leurs enfants


L'agent Julie Prince Dagenais essuie les doigts de Justin Bélanger, 8 ans, après avoir pris ses empreintes digitales dans un restaurant McDonald's. Le SPVM organisait, dimanche, une opération d'identification où les enfants pouvaient recevoir un carnet comprenant leurs empreintes digitales et leur photo.
Photo François Roy, La Presse

Violaine Ballivy

La Presse

Voilà maintenant plus de 10 semaines que les parents de Cédrika Provencher sont sans nouvelles de leur fille. Un cauchemar qui s'éternise et qui, au passage, marque profondément les parents de toute la province. Hier, près de 20 000 personnes auraient fait prendre la photo et les empreintes digitales de leur enfant à l'occasion de la sixième journée nationale d'identification. Du jamais vu.

À Montréal, les premiers parents sont arrivés dès 9h30 dans l'un des 150 points de rendez-vous donnés par l'organisme Enfant Retour, pour y rencontrer des policiers et y recevoir un carnet d'identité pour leurs petits. À midi, leur nombre avait déjà surpassé celui atteint pendant toute la journée l'an dernier. La disparition très médiatisée de Cédrika Provencher, 10 ans, le 31 juillet dernier, a laissé des traces bien au-delà de la Mauricie.

«Bien sûr que c'est pour cela que je suis venue. C'est horrible ce que les parents de Cédrika vivent en ce moment, et je veux tout faire pour éviter de vivre une pareille situation. Ma petite-fille est très belle, elle pourrait bien attirer un esprit malveillant elle aussi...» a expliqué hier Raymonde Tremblay, résumant des appréhensions maintes fois formulées.


Grande sensibilisation


Enfant Retour, organisme consacré à la recherche des enfants portés disparus, prévoyait hier en fin de journée une augmentation d'au moins 20% du nombre de participants par rapport à l'an dernier.

Depuis le mois d'août, les policiers ont noté que les parents, soucieux, se manifestent plus souvent qu'à l'habitude. «On reçoit plus d'appels. Au bureau, dans les écoles, partout on sent que les gens sont très sensibles», remarque Stéphane Bélanger, commandant du poste 31, situé près du marché Jean-Talon, à Montréal. «Il ne faut pas avoir peur de parler de la disparition de Cédrika, surtout avec les enfants, parce que c'est essentiel pour la prévention.» L'occasion est idéale, dit-il, pour rappeler aux enfants quelques règles élémentaires de prudence, comme éviter de jouer seul, même le jour, et ne jamais divulguer d'information personnelle sur l'Internet.

Les services policiers recommandent aussi aux parents de toujours garder sur eux une photo couleur récente de leurs enfants accompagnée de leurs mensurations, de leur groupe sanguin et d'autres données médicales de base.

«Ces informations peuvent permettre de lancer les recherches beaucoup plus rapidement. Mais quand un enfant disparaît, les parents sont émotifs et ne sont pas toujours capables de les fournir facilement, d'où l'importance de les noter d'avance», explique Pina Arcamone, porte-parole d'Enfant-Retour Québec.

N'empêche que, puisque 80% des enfants désertent la maison de leur plein gré, les policiers ont sans cesse rappelé aux parents, hier, que le plus important est encore de maintenir une bonne communication avec leurs enfants. Ils devraient notamment connaître les noms et numéros de téléphone de leurs amis pour que, en cas de fugue, on puisse joindre ceux-ci rapidement.

En 2006, 86% des 7317 mineurs portés disparus au Québec ont été retrouvés en moins de sept jours. La majorité des autres manquent toujours à l'appel. Les cas d'enlèvement par un étranger ne constituent que 1% des disparitions.

http://www.enfant-retourquebec.ca/

http://www.enfant-retourquebec.ca/

SOURCE....

http://www.cyberpresse.ca/article/20071015/CPACTUALITES/710150679/6687/CPACTUEL06

http://www.cyberpresse.ca/article/20071015/CPACTUALITES/7...

04:43 Écrit par COEURDENFANT-RECHERCHE dans DIVERS | Lien permanent | Tags : 20 000 parents font ficher leurs enfants | Commentaires (0) |  Facebook |